Le romantisme exalte le goût du mystère et du fantastique . La littérature romantique du 19e siècle a permis de faire connaissance avec les vampires . Pour les romantiques , il s’agissait de se révolter contre le carcan socio-culturel de l’Angleterre victorienne qui prônait bienséance et valeurs morales tout en oppressant ceux qui s’en écartaient . Cette littérature est devenue une source d’évasion . Ainsi , les auteurs ont exprimé , grâce aux situations les plus scandaleuses, la supériorité des sentiments et de la sensibilité pour braver une société pudibonde régie par l’argent et la religion . Dans Bloodsuckers , Joe Lando se met dans la peau d’un romantique . Le Capitaine Nicholas Churchill qu’il interprète , est un révolté solitaire qui a le goût du sacrifice , qui a du panache et de l’énergie à revendre . Il est voué à la souffrance et va vers un destin unique. Son personnage meurt d’abord en « beau guerrier » puis une deuxième fois en « sale gueule » . Churchill a choisi les voyages cosmiques pour assainir l’univers sous contrôle vampirique . En ce sens , il est en communion avec la nature comme le héros romantique puisqu’il est habité du désir de participer à l’amélioration du sort de l’humanité . Privée de sa maison du bonheur à la suite d’une tragédie familiale et du chaos qui règne sur la terre, il ne se sent exister que par la destruction de ces monstres . Le héros romantique est un être complexe, révolté contre le monde et la société ; de plus, il pense ne pas avoir sa place dans ce monde. Churchill évolue sans état d’âme à la manière d’un dandy . Le dandy a le dégoût d’une société médiocre et veule . Le caractère de beauté du dandy lui vient de son inébranlable résolution de ne pas être ému . C’est le cas de Churchill ; il se nourrit de vengeance et s’en délecte . Le dandy mène une quête spirituelle pour échapper au temps . Il ne s’identifie plus au monde dans lequel il vit . Le temps qui passe est son enemi et il cherche à y échapper . Le dandysme n’est pas seulement un goût immodéré de l ’élégance matérielle !

Churchill vit dans la crypte de son propre insconscient où il cache son malaise . Un jour, il devient son propre fosseyeur. Sa vie bascule dans un tunnel souterrain qui préfigure l’image de sa tombe . Blessé par la flèche d’un vampire , le Captaine voit son propre sang ; alors , il prend conscience de sa propre existence . Afin de mettre son équipage à l’abri de tout danger , il ordonne à Damian Underwood , son second à bord du vaisseau spatial ,de pulvériser la commande électronique d’une porte blindée . La porte se referme . Churchill est piégé .

  • Pourquoi j’aime Joe Lando dans cette scène ?

Churchill succombe à la vampirisation du fait de l’enfermement et ceci fonctionne comme une porte ouverte vers l’originalité pour Joe Lando .Passer d’une belle gueule à une  » très sale gueule » n’est pas banal . J’imagine la part d’amusement à jouer à l’affreux après avoir êté étiquetté  » hunk of the prairie  » ( beau gosse de la prairie ) au fil des années de tournage de la série Dr. Quinn . Lorsque Joe Lando avait tourné pour « Alien Nation », il s’était initié au changement de tête en devenant chauve . Mais la laideur manquait carrément à son répertoire . C’est chose faite .

Devenir Nicolas Churchill impliquait de passer de l’intériorisation à l’ extériorisation. Matthew Hastings laisse le spectateur dans le non-dit et laisse toute sa place à l’imagination car le personnage est en retenue avec ses sentiments profonds jusquà l’instant de sa vampirisation .A cet instant-là , Joe Lando bascule non seulement dans la force et l’action – ce qui n’est pas nouveau pour lui – mais également dans le pathétique .

Il hurle l’horreur du personnage de se savoir vaincu et réduit à l’état de proie . C’est aussi le trop plein de douleur atroce rattachée au passé de Churchill qui doit refaire surface . Une horde menaçante et vorace se rue sur Churchill . Le destin vers lequel il courait l’attend et ses secondes sont comptées . Joe Lando exprime son sens de la tragédie . Il est d’ailleurs excellent acteur dans ce registre . A travers les barreaux de sa prison , il agrippe la main de Damian . A corps perdu et condamné à sombrer dans le royaume de l’ombre, il crie sa détresse . Plus tard, Damian se retrouvera face à son Capitaine vampirisé . Sa main lui ouvrira la porte du repos éternel en lui transperçant le coeur .

Joe Lando avait déjà tourné des scènes de mort violente mais il teste le trépas sous l’angle de l’agonie avec ce film-là. C’est nouveau . Et qui plus est , le rôle lui permet de faire coup double . On est aux antipodes du rôle de Sully qui, enfermé dans sa grotte , effectue sa lente résurrection . Cette scène constitue un tournant innovant à plus d’un titre.