joe_lando_04_cyclones_005C’est le soir . Sale temps à Portland (Oregon )! La caméra glisse vers un panneau de signalisation : un Stop …. Une voiture stationne à l’angle d’une rue .On découvre Peter Jensen ( Joe Lando ), ancien chasseur de tornades devenu flic .Il est là à machouiller un chewing-gum .Il est en faction. Dans une précédente scène , on voyait une tornade s’abattre sur sa maison , tuer sa femme et forçer sa fille en larmes à abandonner sa mère blessée pour se réfugier dans un abri souterrain. Ce soir, des larmes de pluie ne cessent de dégouliner le long des vitres de la voiture.Elles emprisonnent Jensen dans une rêverie mélancolique .

Lou , coéquipier de Jensen , machouille .Il rompt le silence pour se plaindre ! Il signale qu’il ne fait pas chaud pour la saison ! Comme Jensen reste de marbre , Lou insiste et parvient finalement à sortir Jensen de sa torpeur.

Joe Lando affiche un regard embrumé .Sa voix off : ” Mais qu’est ce qu’il me veut ? ”

Lou opine du chef , sa voix off : ” Ah , il est quand même descendu de son perchoir ! ”

Ceci lui donne l’occasion de poursuivre ses jérémiades. Il se lamente d’avoir un coéquipier muet comme une carpe parfois .

Jensen se racle le gosier , écarquille les yeux et s’excuse d’avoir été un collègue inadapté et “en orbite”. Mais, il fait un effort pour revenir sur terre .” Bon ! tu disais quoi, mon gars ? ”

Lou explique qu’il essayait d’entretenir une conversation ! Il répète : ” il fait froid , non ? “et ajoute une petite couche de provocation en disant à Jensen que la logique voudrait que celui-ci lui réponde. Il attend une réponse positive de Jensen.

Joe Lando jete d’abord sur son partenaire le regard du gars totalement laminé . Il fixe le parebrise .Ses yeux bleus s’agitent alors qu’il débite des informations sur le courant d’air froid qui descend du Canada et croise le Jet Stream . Il conclue laconiquement que bien qu’inhabituel pour la saison , il n’ y a pas de quoi fouetter un chat ! Joe Lando ponctue la fin de son explication d’un mouvement de tête .

Voix off de Jensen : ” tu voulais de la conversation , … tu l’as eue ! ”

Lou est agaçé ! Sa voix off : ” Ma parole ! Jensen vient de me prendre pour une quiche ! “. Lou glisse à Jensen qu’il y a nuance entre bulletin météo et conversation . Il annonce une tentative de communication numéro deux … !

Joe Lando fronce les sourcils , craignant le pire . Sa voix off : ” oh là … ça sent la question nulle ! ”

design_nourriture_hamburger_01Alors, Lou décoche cette remarque assez géniale : ” Dis, … tu me refilerais la composition chimique du cheeseburger au cas je viendrais à te dire que j’ai un petit creux ? “

Voix off de Jensen : ” … j’hallucine … Lou vient de me prendre pour un débile ! ” On voit ensuite Joe Lando jouer le Jensen contrarié affirmant avoir fait de son mieux pour meubler le silence !

Lou rend son tablier . Il va braver la pluie pour aller consommer un café ; il trouvera sûrement quelqu’un auprès de qui continuer à se plaindre ! Avant de partir ,il demande à Jensen si un truc à consommer lui ferait plaisir . Lou est apparemment serviable bien que pénible sur les bords .

Joe Lando se met à endosser le rôle du grincheux bougon poli .Voix off de Jensen : ” C’est ça … ramène un kawa et merci bien … mais en attendant … dégage le plancher … tu “gonfles” ! ”

Joe Lando reprend l’air soulagé et songeur du loup solitaire enfin peinard . Mais , une voiture passe soudain sous son nez .Une sorte de voiture tornade jaunâtre couleur cheeseburger .Il va pouvoir évacuer un trop plein d’émotions. L’instinct du chasseur ressurgit .Il démarre pour ainsi dire aussi sec.

Basée sur un huit – clos relationnel malicieux , cette scène en dit long sur les dialogues de sourds , le besoin de parler des uns ,le besoin de silence des autres et l’incompréhension mutuelle. Que partagent Lou et Jensen ? A priori , il y a le chewing gum ! Ils n’ont pas grand chose à se dire . Leur dialogue tourne au cache cache verbal . Lou dit vouloir discuter . Il n’aime pas le silence . Il a un côté aimable certes mais aussi un côté un peu teigneux . Sa remarque sur le cheeseburger est percutante et cocasse ; elle semble sortie tout droit d’un dialogue du scénariste français Michel Audiard .Elle sert de tournant dans cette séquence de dialogue – qui n’en est pas vraiment un ! Elle fonctionne comme un jeu du chat et de la souris pour permettre à Joe Lando de glisser progressivement d’une situation de calme vers une situation dynamique …. que Lou va manquer ( ce qui va le faire râler .. on ne se refait pas ! ) C’est une belle scène dans laquelle Joe Lando révèle une partie de la personnalité de Peter Jensen. On l’ y découvre jouant le  passionné décalé . On le voit triste , surpris , dépité , susceptible , sûr de lui , courtois mais néanmoins limite face à un rabat – joie .En bref, la palette de jeu est large.

Douchka / novembre 2005